Un peu d’historique : Mickaël s’est installé en 1999 en conventionnel intensif à la suite de ses parents. En 2005,Mickaël prend la voie de la désintensification. Puis en 2010 suite à la crise du lait de 2009, Mickaël a franchi le cap d’aller vers l’Agriculture Biologique en démarrant sa conversion. La transformation a démarré en 2012 après la phase de conversion de deux ans à l’AB. 2012 c’est aussi la date d’arrivée de Maggy sur la ferme en tant que conjointe collaboratrice. En décembre 2012, le laboratoire de transformation est fin prêt et les essais peuvent démarrer et en avril 2013 c’est le début de la commercialisation avec le 1er marché. Enfin, en 2015, Maggy s’installe en tant qu’agricultrice.

 

La Ferme de la Donaiterie compte 70 ha pour 40 vaches laitières de race prim’holstein majoritairement. Le troupeau est à l’herbe au moins 8 mois par an et ne consomme que ce qui est produit sur la ferme c’est à dire du foin, de l’enrubannage et des céréales. Les 50 ha attenant à la ferme facilitent cette mise à l’herbe.

Les vaches quand cela s’avère nécessaire sont soignées avec des huiles essentielles principalement. En effet, Mickaël s’est formé avec le CEDAPA à ces traitements alternatifs. Au besoin les vaches sont aussi soignées par un ostéopathe.

Si l’on ne peut pas faire autrement, les  traitements antibiotiques sont autorisés en bio (3 maximun par animal et par an) .

La ferme de la Donaiterie produit 200 000 L de lait et en transforme 60 000. Cela occupe sur la ferme 3.5 UTH.

Les débouchés sont pour la filière longue le groupement de producteurs Biolait. En ce qui concerne la vente directe, Mickaël et Maggy ont beaucoup misé sur la restauration collective sinon ils fournissent aussi les réseaux de consommateurs comme Voisins de Paniers, la Binée Paysanne, les Amaps les Biocageots, La Cordée Verte, La Cessonnette. Maggy et Mickaël font un peu de vente à la ferme, fournissent le magasin proxi de la Motte et la boucherie des 4 saisons à Loudéac.

Les yaourts sont fabriqués à partir de lait entier, de ferments, du sucre, d’arômes ou de la purée de fruits. Et oui les arômes biologiques ça existe : il suffit que l’arôme soit extrait par exemple de la framboise cultivée en bio, du coup cela constitue un arôme framboise certifié biologique. Les arômes naturels sont extraits avec de l’éthanol, qui s’évapore à la fabrication des yaourts par exemple. Les arômes utilisés par la Ferme de la Donaiterie sont issus du laboratoire Humeau qui se fournit auprès d’Aromatech. Quant aux yaourts brassés, ils sont composés d’une purée de fruits (à raison de 1 kg de purée pour 10 kg de yaourt) produite par Sanofruit (Ardèche) qui transforme en purée les fruits produits localement.

Le pasteurisateur pasteurise comme son nom l’indique le lait à environ 75°C entre 5 et 15 min suivant les recettes. Pour les yaourts nature, la température monte jusqu’à 90°C pour faire évaporer l’eau au maximum et avoir une consistance assez ferme. Les brassés contiennent de la poudre de lait (issue de Biolait) sinon ils seraient vraiment trop liquides. En effet, l’ajout de la purée et le mélange cassent la structure des yaourts. Dans la formation des yaourts deux bactéries interviennent le lactobacille bulgare qui « n’aime pas » les températures trop élevées et le streptocoque thermophile qui participe à la fermeté.

L’empoteuse soulage bien la charge de travail puisqu’elle a une production de 1200 pots à l’heure contre 300 pots à l’heure quand la mise en pot est manuelle.

Egalement pour soulager la charge de travail sur la ferme, les génisses de renouvellement ne sont pas élevées sur la ferme. Les veaux qui sont issus d’insémination bleu blanc belge sont vendus à trois semaines. La race Bleu blanc belge fonctionne bien sur la prim’holstein. En effet, il n’y a pas trop de souci de vêlage car les petits veaux bleu blanc belge sont « tous mous », ils n’ont pas de gros os.

Retour à l'accueil