La Ferme du ruisseau

 

Chantal et Jean-Pierre Le Bihan sont installés depuis 1985 et transforment leur lait depuis 2000. Chantal s’est installée en 2000 sans augmentation de quotas ni de terre, ce qui a supposé de travailler sur la valeur ajoutée.

ruisseaujpg

Le ruisseau de la ferme !

 

Le parcellaire est constitué de 45 ha qui se répartissent en 15 ha d’herbe, 1 ha de betteraves,  12 ha de maïs, 13 ha de blé,  4 ha de flageolets (vendus depuis deux ans à Gelagri Coopagri Bretagne).

Le Cheptel est de 50 vaches laitières pour un quota de 375000 L. Les génisses ne sont pas présentes sur l’exploitation par manque de terres. En effet, la Ferme du Ruisseau est au milieu de grands élevages de porcs d’où la difficulté pour avoir de la terre. Pour pallier à ce manque de terre, la Ferme du Ruisseau fait des échanges de parcelles avec des voisins pour avoir plus de pâturage. Une autre contrainte est le parcellaire éclaté avec notamment des parcelles non accessibles aux vaches car situées de l’autre côté de la départementale. Le déficit de parcelles à proximité de la ferme oblige à ramener de l’herbe ce qui représente un coût et du temps.

vaches pâture

Les génisses vont donc « en pension » dans des élevages qui font partie de la Coopérative du Littoral (basée à Yffiniac). Elles partent à trois semaines et reviennent à 26 mois pour vêler. A la Ferme du Ruisseau, les vaches sont gardées plus longtemps que la moyenne c’est à dire 5 lactations 8 ans contre 4 lactations dans les exploitations conventionnelles. Les vaches de la Ferme du Ruisseau produisent en moyenne 8000 L.

 

salle de traite 

Les vaches sont toujours en liberté, été comme hiver, elles ont accès à une parcelle portante de 15 ha. En hiver, elles reçoivent du maïs, sont complémentées en céréales et reçoivent de l’herbe fraîchement coupée tous les jours.

 

 vaches pâture 2

Cette année, Chantal et Jean-Pierre vont garder leurs céréales : un « retour en arrière qui va vers l’avant ! ». Pour cela un silo a été monté.

Silo

Les vaches consomment également en tant que correcteurs azotés du tourteau de colza sans OGM et un petit peu de soja également non OGM achetés à la coopérative Le Men.

vaches au cornadis

 

La particularité de l’alimentation des vaches de la ferme du Ruisseau est qu’elle comprend du lin riche en Omega 3 :  1,250 kg de graines maxi par jour en fonction du reste de l’alimentation pour ne pas dépasser 155 g/jour d’acide alpha linolénique. A ce titre, la Ferme du Ruisseau appartient à la filière Bleu Blanc Cœur, une association qui organise, grâce à une démarche de filière et un cadre cadre scientifique solide, une agriculture à vocation santé. En réintroduisant des sources végétales traditionnelles et riches en Oméga 3 dans l’alimentation des animaux (herbe, lin, luzerne, lupin…), la filière Bleu Blanc Cœur offre « des produits naturels, savoureux, bons pour notre santé et celle de notre planète » ‘(http://www.bleu-blanc-coeur.com).

Au printemps, il n’est pas nécessaire d’apporter du lin car l’herbe est naturellement riche en Omega 3. Après, les vaches sont complémentées en lin pour maintenir ce taux là toute l’année. Cet ajout rend le coût de l’alimentation plus élevé mais le lait grâce à la transformation est mieux valorisé.

A la Ferme du Ruisseau, un tiers du lait est transformé (100 000L), les deux autres tiers sont vendus à la coopérative Entremont (en Ille et Vilaine)

Sur le plan environnemental, depuis quelques années, 3 km de haies bocagères ont été plantées. Il y a une quinzaine d’années, Chantal et Jean-Pierre ont même mis en place un talus pour couper une parcelle en pente de 15 ha en 2 !!!

Autre point à propos d’environnement, la stabulation a été délocalisée par rapport au ruisseau sur une butte et elle comprend une aire paillée.

 

Stabule 2

 

Stabule3

 aire paillée

caillebotis dans la stabule

Le caillebotis de l'aire paillée

 

Concernant les pratiques culturales, le maïs est biné dans la mesure du possible. Sur les prairies et sur les terres à céréales  sont épandues sous forme de poudre un complexe de bactéries Bactériosol de la société SOBAC qui accélèrent le compostage du fumier étendu et qui stimulent l’activité biologique du sol. Cela a pour conséquence une diminution des maladies et une diminution de la quantité d’engrais à apporter. Ce complexe de bactéries est aussi épandu dans la stabulation, ce qui évite l’échauffement de l’aire paillée .

 bactériosol Sobac

 

Le Ray Grass d’Italie est semé en dérobée pour ne pas laisser les terres nues entre les cultures . Dans les prairies, l’association Ray Grass Anglais (RGA)-Trèfle blanc se maintient bien car il n’y a pas de traitements phytosanitaires. Quant aux fertilisants, ils sont apportés sur prairies sous forme de lisier et fumier de vaches et de fumier de canards. En effet, en plus de l’atelier vaches laitières, Chantal et Jean-Pierre ont un poulailler de canards de chair en intégration.

En résumé, il n’y a pas d’apport d’azote minéral (d’engrais chimiques) sur les prairies mais seulement un apport de matière organique (lisier et fumier).

En ce qui concerne le blé, il reçoit un traitement fongicide aux 2/3 de la dose préconisée et un traitement herbicide aussi aux 2/3 de la dose. Les semis se font sans labour sauf pour la betterave.

A la Ferme du Ruisseau, très tôt a été mise en place la rotation. Et cette année, la ferme a souscrit une mesure agro-environnementale (MAE) rotationnelle. L’objectif de cette mesure est que les cultures reviennent le moins souvent possible sur la même parcelle et de réduire les quantités de produits phytosanitaires et d’engrais le plus possible.

 

Les débouchés de la Ferme du Ruisseau sont l’association Voisins de Paniers, les crémiers (Luzerne et Pâquerettes, Darley), les magasins fermiers comme Le Hangar à Paimpol, les superettes et les GMS (économiquement c’est un « passage obligé »). Aujourd’hui, il n’y a pas de vente directe même si au départ, Chantal avait la volonté d’aller au contact des gens en faisant des marchés. A l’époque en 2000, la gamme de produits était même plus étendue avec de la crème anglaise, du flan aux œufs, des crêpes et des galettes.

Aujourd’hui, la Ferme du Ruisseau comprend une trentaine de points de vente. Ce succès s’est fait sans publicité juste par du bouche à oreille.

Chantal et Jean-Pierre souhaitent que la Ferme du Ruisseau reste à une taille familiale et trouver un certain équilibre. Toutefois, la Ferme emploie une salariée Laetitia en 2/3 temps et Virginie la belle-fille, est à temps plein.

   Visite de l'atelier de transformation

 

Bain marie chocolat

Le bain marie pour le chocolat

 

Batteur mousse au chocolat

Le batteur pour la mousse au chocolat

 

écrèmeuse

 L'écrémeuse

 

machine à beurre

 La baratte

 

  machine à yaourts

La machine à yaourts

 

pasteurisateur

Le pasteurisateur

 

yaourtière géante

La yaourtière "géante"

 

chambre froide

Une chambre froide 

produits chambre froide

La Chambre froide avec ses produits finis

 

 

Retour à l'accueil