P1010103

 

En 2007, Nicolas Monfort s’installe en individuel d’emblée en cidre et légumes. La conversion en Bio ayant débuté dès début 2006. La conversion des terres pour pouvoir vendre ses légumes en Bio prend deux ans tandis la conversion d’un verger conventionnel en verger bio prend trois ans.

C’est en 2009 que Sterenn, la compagne de Nicolas devient conjointe collaboratrice et en 2011 qu’Aurore Legrand devient salariée CDI à temps plein.

La ferme maraîchère fonctionne donc  à trois toute l’année. La répartition de la surface est la suivante : 2.5 ha de maraîchage et 2 ha de verger uniquement de pommes à cidre.

Les débouchés pour les légumes sont constitués à plus de 75% par la vente directe mais pas seulement : vente à la ferme, petit système de paniers à la ferme, AMAP de Dinan, les Paniers de la Rosette, les paniers à la Gambille de St Brieuc, la Biocoop de Lamballe et bien sûr Voisins de Paniers. En saison, viennent s’ajouter les marchés de Lamballe et du Val André.

 

P1010101

 Récolte des dernières pommes de terre ""nouvelles"" à la main fin juillet

 

P1010078

 

 

P1010079

 Les céleris branches et raves

 

P1010080

 Les choux

 

P1010081

 Un melon de plein champ

 

P1010082  Les haricots verts

 

P1010083

 Les courgettes

 

P1010084

 

  P1010092

 

Feuilles des topinambours en préparation pour l'hiver

  P1010093

Aubergines sous tunnel

 

P1010094

 Tunnel de différentes variétés de tomates

 

P1010095

 

P1010096

 Un joli concombre pour qui ne l'aurait pas reconnu ...

 

P1010099

 Fleur de concombre

 

 

 

Concernant le cidre, la  vente directe se fait soit à la ferme soit sur les marchés sinon le Courtil Goulipaou vend à environ 80 clients : des restaurants, des crêperies, des superettes et des biocoops. La « zone de chalandise » s’étend jusqu’à Rennes à l’est et jusque dans le Trégor  à l’ouest. Le Courtil  a aussi quelques débouchés en région parisienne et à Berlin !

P1010087

 P1010088

 

 

P1010089

 

P1010090

 L'étiquetteuse

 

Au Courtil Goulipaou, est produite une cuvée un peu spéciale : la cuvée « Mouette et Chardon », en plus de son nom très original, elle a comme caractéristiques de n'employer qu'une ou deux variétés de pommes acidulées, qui donnent un cidre fin et fruité, conseillé en apéritif ou kir breton, ou encore pour accompagner un dessert.

P1010414

 

L’autre cidre produit par le Courtil Goulipaou, Le Dretengoule est le brut sec, c'est un cidre rustique. Ce sont des cidres élaborés à partir de la transformation des pommes de la ferme, produites en agriculture biologique bien entendu et sans ajout de sulfites.

 

P1010102

Est produit sur la ferme également une espèce de Pommeau : La Rayée d'soulaï 17% vol appréciée en apéritif.

 

 

En cet été un peu spécial, ont quand même été plantés les choux, les poireaux, les carottes, les endives. Il a fallu davantage de désherbage (deux fois plus). Des faux semis ont été effectués pour favoriser la levée des mauvaises herbes plusieurs fois avant de semer et la terre a été re-préparée ce qui permet de supprimer une partie de ces « adventices ». Ensuite une fois la culture implantée,  les mauvaises herbes sont détruites en pré-levée par désherbage thermique. Malgré toutes ces actions préventives, le désherbage manuel et mécanique ensuite sont nécessaires. Cette année avec le maintien d'une humidité inhabituelle, les binages n'ont pas eu beaucoup de résultat, les mauvaises herbes repartaient. C’est aussi le temps des semis des légumes d’automne : navets, radis noirs, rutabagas, salades d’automne, d’hiver, scaroles, frisées.

Sinon c’est le début de la récolte des oignons et la pleine saison des légumes d’été.

 

P1010091

  P1010086

Assortiment des légumes produits fin juillet

 

 

Concernant la conduite des cultures, il est pratiqué du paillage plastique, le paillage biodégradable coûtant trois fois plus cher !!! Est utilisé également le binage thermique sur carottes, endives, le binage manuel comme souvent en bio et enfin et surtout le binage mécanique au tracteur le plus possible sur des planches bien régulières.

Retour à l'accueil