Cette soirée fut organisée par l'association Solidarité Internationale de la Baie en partenariat avec le RESIA et l’association Voisins de Paniers. Plus de 50 personnes y ont assisté.

 

Après un bon buffet préparé par Voisins de Paniers, la soirée s’est prolongée avec la projection du film « Planète à Vendre »

 

 

 

Photo de groupe av projection

  

Le film a présenté les enjeux du phénomène de l’accaparement des terres et les répercussions sur les populations locales.

Quels sont les objectifs poursuivis par les responsables de ce phénomène :

1.       assurer une indépendance alimentaire  (Etats du Golfe, Chine et Inde)

2.       assurer une indépendance énergétique (Europe)

3.       obtenir des retombées financières : les terres deviennent un outil de spéculation.

 

Quelles en sont les conséquences pour la population :

1.       Perte de la souveraineté alimentaire

2.       Perte d’accès au foncier pour les populations, en particulier pour les populations les plus démunies, qui se voient ôter le peu de biens qu’elles possèdent ( exode en masse, famine, augmentation de la pauvreté…)

3.       Fortes oppositions de la société civile et des populations locales

Les réactions après la projection du film :

Face aux conséquences désastreuses sur les populations de ce phénomène massif, un spectateur a exprimé son dégoût en entendant les propos tenus par certains spéculateurs interviewés dans le film, qui affirmaient  « la spéculation, c’est de l’espoir ».

Devant l’ampleur du phénomène « dans une mondialisation qui nous dépasse », si certaines personnes disent se sentir impuissantes : « Les avancées sont trop lentes », d’autres constatent, cependant, que des actions intéressantes, mais trop isolées, sont menées localement.

Ce phénomène existe aussi à coté de chez nous, témoigne un agriculteur : « Il est difficile à des petits exploitants de s’installer. Les terres vont à ceux qui ont déjà des grandes surfaces »

L’intervention dynamique de Patrice Sagbo, invité dans le cadre du Festival AlimenTerre, a particulièrement intéressé l’auditoire :

« Il est possible pour les habitants de se nourrir si on met à leur disposition les outils nécessaires… On doit laisser les populations locales décider de ce qu’elle veulent produire, et comment elles veulent  le faire» ,  sans subir la pression de groupes  ou de multinationales . Un Etat ne se mesure pas qu’à un gouvernement… » Il a témoigné des initiatives des populations qui se mobilisent et s’organisent pour résister à ce phénomène, qui est une nouvelle forme de colonisation. «Un développement sans l’homme n’est pas un développement » …. «Attention, la faim est une arme dangereuse, destructrice »

 Il a également souligné l’importance des actions menées prises, ici, par les associations telles que  Solidarité internationale de la Baie et de Voisins de panier organisatrices de cette soirée.

« On a tous besoin de rester solidaires, ensemble ….car on a tous semé une graine…Il faut l’arroser, pour qu’elle devienne forêt » conclue Patrice Sagbo.  

Sabine Morvan     

 

Photo Patrice Sagbo

Patrice Sagbo lors de son intervention à la fin du film

Retour à l'accueil